samedi 13 janvier 2007

En réflexion(s)...


  • L'oeil et l'oreille Chez Dailymotion



  • Puisqu'il faut s' expliquer, voiçi quelques lignes d' indices.

    Les expressions de ces derniers mois, (Cinq, six mois... déjà !)
    appliquent le plus souvent le même message
    avec souvent la même mécanique.

    On veut nous faire croire que noir et blanc ne donnent que du gris.
    Qu'il n'y a pas d'alternative,
    soit(tout est) blanc , soit(tout est) noir...
    Qu' une ligne doit être droite et qu'il est préférable
    de ne pas la dépasser...
    Je suggèrais donc,
    aux gris,
    par la grise mine,
    de s' habiller de mille et une façons,
    de se vétir de mots, de symboles et de pensées...
    Bref, de connaissances...
    L' expèrience en couleurs finalisant.
    Mais le temps défile.
    Cette garde-robe ne me ressemble plus vraiment,
    je veux trop plaire, sans trop dire.

    De mon trait, je triche...
    J'ai du grandir.

    Je me demande si William du Faubourg ne va pas prendre le relève...
    Seidrik renviendra... Reviendra pas... Je ne sais plus.
    En réflexion(s)...


    Chez
  • Dead End




  • Fin...

    7 commentaires:

    Lazare a dit…

    La triste mine de Gil Scott Heron & la référence à Miguel de Unamuno sont plutôt inquiètantes... Que se passe t'il?
    Le filon était pourtant bon, la réflexion authentique (pour moi en tout cas). Le savoir est une arme, tu l'avais fixé de belle manière d'ailleurs & je continue de penser qu'il reste une nécessité de vigileance. Vouloir trop plaire n'est pas un vilain défaut, c'est comme le cynisme, du moment qu'on sait pourquoi on s'en sert.On avance avec les armes qu'on se donne. La pensée en paradoxe, en remise en question, ne peut être que sincère & la création, par n'importe quel chemin, reste pleine. Le doute est alors permis parce qu'il est une nouvelle voie. Un nouveau mode. Reste à savoir lequel.
    Attentif à ton retour.
    Plein de pensées pour toi...

    Anonyme a dit…

    Come back...

    catseyes a dit…

    Je conçois ta déception mais hélas le blog n est que visuel et restera une toile de fond ou les gens ne prennent pas le temps d écrire d' entreprendre quoi que ce soit.Une bonne carte de visite en qque sorte ne t en fait pas la vérité est ailleurs mais tout de même c 'est un grand plaisir de découvrir chaque jour une nouvelle toile une pensée bien que le partage ne soit pas là,reste à savoir pourquoi et pourqui tu fais tout cela?
    A très vite au dela du simple regard..

    superfly a dit…

    salut kousin
    "de mon trait je triche...je veus trop plaire..."
    remetrais tu ton expression artistique en question parce que trop soignée?, trop polissée?
    (peut on dire artistiquement correct)
    voudrais tu peindre ce qui ne plait pas toujours? aimerais tu porter plus a la reflexion le regard , donner l'oeil et l'oreille
    qui n'est pas toujours bien recu?
    en attendant le gris et sa palette de toutes les couleurs que tu souhaite
    ton blog va un peut me manquer je le reconnais

    William du Faubourg a dit…

    Vous êtes bien bon avec se tire aux flancs.
    Ne vous en faites pas,
    Seidrik n'était qu'un petit joueur...
    - Sauves toi petit, avant qu'il ne soit trop tard...
    Que je lui conseillais.
    Mais non !
    Rempli de Fierté et toute queue sortie,il continuait d'apprécier ses dérapages controlés.
    l'artificier paon a fait son temps.
    Place à l'artillerie lourde et sauvage.
    Puisqu'il faut créer L'histoire...

    Will i am

    modmom a dit…

    you're so talented!

    Seidrik a dit…

    Mod*Mom...
    Toujours un bon mot.
    Merci.

    William, je vais te bouffer tout cru...
    Mes épaules, sont force et douceur.
    Mon dos, par tes propos devient cible à colibets, tu vises juste, tu vises bien.
    Je me mets en garde...
    Par contre, la poudre d'escampette ne rentre pas dans mon arsenal.
    Je prends d'assault se qui m'ennuie, le vide, l anéanti.
    Aux prochains regards, futur présent.

    Lazare, j'ai des envies de grandeur, comme d'habitude...
    Mais à présent, cela urge !
    Tes mots réconfortent.
    Proches ou pas,
    Je suis sur le chemin du retour.